Allaitement

Allaiter en travaillant : mission impossible ?

Savez-vous que l’allaitement maternel a une durée moyenne en France de 7 semaines en exclusif (1)…

Pour rappel, l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) préconise 6 mois…

7 semaines ? cela aurait il un lien avec la reprise du travail ? Serait-il trop difficile de travailler et allaiter en même temps ?

Certaines femmes anticipent déjà avec angoisse le sevrage qu’elles pensent nécessaire lors de leur reprise avant même la naissance de leur enfant.

Je vous propose le témoignage de Sonnya, maman de 3 enfants, Directrice Générale des Services et fondatrice du blog Artmonny.

Sonnya nous confie le vécu de ses allaitements, en particulier lors de sa reprise du travail, pour changer notre regard sur l’allaitement et activité professionnelle.

Le témoignage complet est disponible sur le podcast ci dessous. Préparez-vous une belle tisane de framboisier, installez-vous confortablement et savourez 40 minutes d’intimité avec Sonnya.

 

Ecoutez l’interview de Sonnya  

En complément, voici un article tiré de cette interview. Il ne s’agit pas de la transcription du dialogue mais des traits importants de ce partage, dans lesquels j’ai choisi de garder le « Je » de Sonnya. Ce n’est donc pas moi qui parle mais bien elle, son expérience, son vécu qu’elle vous transmet avec énergie et passion. Belle lecture !

3 bébés, 3 mises en route de l’allaitement différents

 

L’allaitement… comme une évidence

 

Allaiter son enfant comme une évidence

L’allaitement pour moi est une évidence, une suite de mes accouchements physiologiques.

Je suis toujours surprise par le fait que les humains soient les seuls mammifères à ne pas nourrir leur enfant avec le lait de leur espèce : le développement du petit veau et du petit humain ne sont pourtant pas vraiment les mêmes !

Pour moi, allaiter va donc de soi : notre corps est fait pour mettre au monde notre enfant puis pour le nourrir.

Le problème des crevasses

Ma grande crainte concernait les crevasses. Cela peut être très douloureux et j’avais prévu dès mon premier enfant coussin allaitement et crème (pour rappel, le colostrum fait aussi très bien l’affaire !). Je n’ai pas hésité à demander conseil sur les positions d’allaitement à la maternité : je n’avais aucune limite sur le fait de les déranger ou non. Je voulais être sûre de ce que je faisais.

Ce que je retiens ? On apprend par l’exemple et dans notre société, nous sommes moins en contact avec des bébés et encore moins avec des bébés bénéficiant de maternage proximal et donc d’allaitement. C’est vrai que notre corps sait faire, qu’il a cette mémoire mais nous devons réapprendre. Nous avons cette connaissance au plus profond de nous mais il ne faut pas hésiter à se faire aider pour aller retrouver cette compétence maternelle.

Je vous invite sur ce sujet à relire cet article : Allaiter est il un acte naturel ? 

La nécessité d’avoir du temps et du confort pour la mise en place de l’allaitement

Selon mes enfants, la mise en place de l’allaitement maternel a été plus ou moins facile, plus ou moins fluide.

Ce qui m’a le plus manqué : d’être confortable ! par exemple d’avoir une boisson chaude quand je voulais ! Alors pour mon 2ème bébé, je suis partie à la maternité avec ma bouilloire et mes tisanes ! Etre bien dans son corps et dans sa tête est un préalable a une mise en route fluide de l’allaitement.

A retenir pour la mise en route de votre allaitement

  • Osez demander du soutien et des conseils

  • Osez venir à la maternité avec tout ce dont vous aurez besoin !

 

La reprise du travail

 

Reprendre la travail quand on allaite

Un premier allaitement en « mode guerrière »

J’ai repris le travail à temps plein quand mon bébé avait 2 mois 1/2 et mon premier réflexe a été de me dire que je devais arrêter d’allaiter. Mais je me sentais mal avec cette injonction et en même temps, je n’avais pas de possibilité de prolonger mon congé maternité.

Je me suis alors demandée pourquoi j’arrêterai… et j’ai pris l’objectif d’allaiter en exclusif jusqu’à ses 6 mois.

Je me suis sentie souvent seule mais j’étais contente de continuer l’allaitement car la connexion avec mon bébé se faisait très rapidement lors des retrouvailles le soir.

Concrètement ? Je tirais mon lait entre midi et 2, le soir, le week end, le congelais et le donnais à la crèche !

Un 2ème allaitement avec moins de pression

Pour mon 2ème enfant, j’ai repris le travail lorsqu’il a eu 4 mois. Je ne souhaitais plus tirer mon lait comme pour le premier. Comme la crèche était proche de mon lieu de travail, j’ai demandé à la crèche d’allaiter entre midi et deux. Même si la réaction a été difficile, j’ai tenu bon et je l’ai fait. La crèche craignait la double séparation … mais finalement

2 séparations, ce sont aussi 2 retrouvailles !

Je me suis imposé moins de contraintes. Tout était plus facile.

Un 3ème allaitement bien rodé !

Pour le 3ème enfant, le congé maternité est plus long et j’ai accolé une partie des congés prénataux en post natal. Mon conjoint a aménagé son temps de travail et garde bébé le matin. J’ai trouvé un arrangement avec mon employeur et je prends des congés toutes les après midis.

Cette nouvelle organisation familiale permet une reprise plus sereine et plus facile.

Quels soutiens ?

 

Le rôle de soutien du conjoint dans l’allaitement

Tout cela n’aurai pas pu se réaliser (ou moins facilement) sans l’aide de mon conjoint qui a été très soutenant. Pour lui aussi, l’allaitement a évolué entre notre 1er enfant et le 3ème. Il a toujours su trouver les mots qui me rappelaient mes capacités et mes ressources dans les moments de doutes. J’ai aussi sollicité des associations comme la Leache League ou Galactée et elles ont été de très bon soutien.

A retenir pour continuer l’allaitement en travaillant

  • N’hésitez pas à demander de l’aide
  • Soyez créative dans votre organisation : tout est envisageable !

 

Evolution des autres piliers du maternage proximal

Petit rappel sur le terme de maternage proximal qui inclut l’allaitement, le portage et le cododo.

Le portage

 

Le portage, un des piliers du maternage proximal

A partir du moment où j’ai repris le travail, j’ai de fait beaucoup moins porté mes enfants. Malheureusement, la crèche m’a renvoyé une image très négative du manque que mes enfants ressentaient à ne plus être autant portés : on m’a dit que si mon bébé avait tant besoin d’être porté, c’est qu’il manquait de quelque chose. C’était très culpabilisant.

Pourtant, c’était simple : mon bébé avait l’habitude de la position verticale, d’une hauteur à vue d’adulte… ce qui n’était plus le cas en crèche. Il voyait le monde différemment et tant qu’il n’a pas pu se débrouiller seul, c’était compliqué pour lui.

Il faut donc être vigilant sur le mode de garde en fonction de son maternage. Cela induit des habitudes chez nos enfants et les modes de garde peuvent être compliqués à mettre en place.

Cododo : 3 enfants, 3 versions différentes.

Avec un bébé aux besoins intenses, le cododo était vraiment idéal : je restais dans un semi sommeil et j’étais moins fatiguée. L’allaitement permet la sécrétion d’hormones qui nous permettent de récupérer plus rapidement et nous permet de nous rendormir plus facilement.

Mes 2 autres enfants avaient des besoins différents et j’ai souhaité retrouver un peu d’espace pour moi et pour mon couple. J’ai mis en place plein de petits trucs et astuces pour alléger les réveils et les endormissements liés aux tétées (à découvrir dans l’interview 😉 )

Le travail a-t-il un impact sur le sevrage

Quand la fatigue a raison de l’allaitement…

Pour le 1er, la fatigue a engendré le sevrage. Mais d’où venait cette fatigue ? L’allaitement était il vraiment en question ? C’était a priori plus le fait d’avoir un bébé aux besoins intenses.

L’allaitement, au contraire, dans le cadre du maternage proximal crée un environnement propice à la récupération.

Malgré tout, le maternage n’étant pas encore une norme, il reste une fatigue psychique : on me renvoyait au mieux que ma manière de faire était bizarre, au pire qu’elle n’était pas « bien ». J’avais besoin de me justifier, d’argumenter. Cela nécessite alors beaucoup de soutien de l’entourage.

Et le regard des autres ? …

Pour le 2ème, je souhaitais un sevrage naturel. J’étais en accord avec le fait d’allaiter un bambin mais la Pression sociale pour Sevrer est assez insidieuse et j’ai arrêté l’allaitement à la rentrée scolaire.

Pour mon 3ème enfant, mon conjoint craint les difficultés du sevrage et souhaite anticiper mais je préfère lâcher prise sur ce sujet. Tout est beaucoup plus simple quand on accepte ce que la vie nous propose !

A retenir de mes expériences :

Il n’y a pas une seule façon de faire :

soyons créatives pour donner le meilleur à nos enfants !

(1) Etude Elfe 2015 disponible sur le site de la Leache League
Partager

11 commentaires

  • Nicolas

    Merci pour cet article complet ! Pour un homme, c’est difficile d’imaginer toutes les conséquences à anticiper quand on veut concilier reprise du travail et ne pas sacrifier ces moments précieux dans la vie d’une mère et de son enfant. Merci pour ce récit très instructif !

    • Anne-Christine

      Oui. Merci à Sonnya et son partage qui donnera des idées aux mamans (et papas!) qui veulent concilier reprise du travail et allaitement.

  • Marie - japprendsaetremaman.com

    Merci Sonnya et Anne Christine pour ce témoignage !

    En effet, il faut être forte et proactive en France pour se donner les moyens d’allaiter au delà de 6 mois (à cause du regard des autres) et à la reprise du travail (à cause de la croyance comme quoi il est impossible de continuer à allaiter le congé mat fini).

    J’avais pris un congé mat et pour les quelques mois où j’ai repris le travail ensuite (vers ses 10 mois) , son papa me l’emmenait pour une tétée. Ce n’était pas vraiment vu d’un très bon œil, mais comme il n’y avait pas de salle isolée où je pouvait tirer mon lait, c’était la seule solution. Et je l’ai prise pour le bien de ma fille et aussi , je t’avoue, pour le droit des mères allaitantes 🙂 En étant solidaires sur ce point, les choses avanceront dans le bon sens.

    De mon côté, j’ai aussi opté pour un sevrage naturel vers le milieu de l’année scolaire de ma fille. C’est tombé pendant le confinement. La seule chose que j’ai progressivement « éliminé » dès l’été précédent sa rentrée en petite section est l’allaitement à l’extérieur car je ne voulais pas que ma fille soit moquée par les autres enfants à la rentrée si ils voyaient qu’elle prenait le sein de sa mère.

    Un grand bravo pour ta détermination . Et bravo aussi à ton mari pour sa compréhension et son soutient

  • Valentine

    Merci à Sonnya pour son partage d’expérience. Chaque naissance est différente et l’accueil d’un enfant peut être différent d’un enfant à l’autre selon notre situation et nos aspirations.

  • Aurore

    Pour mon premier, reprise du travail à ses 2,5 mois (beaucoup trop tôt d’ailleurs !). J’ai tiré mon lait au travail que j’avoue est la partie que je déteste le plus dans l’allaitement. Puis à ces 9 mois on est passé en mixe (j’ai arrêter de tirer mon lait mais à la maison il n’y avait pas de biberons donc c’était tété.) Puis à 13 mois un jour il n’a plus voulu tété mais voulait un biberon.
    Ha oui aussi, avant ma reprise de travail il faisait ses nuits. Du jour où j’ai repris le travail j’avais le droit à un réveil !

    Pour mes jumeaux, allaitement exclusif aussi. La différence c’est que j’ai pu reprendre le travail qu’à leur 7 mois. Il n’en voulais pas du biberon ! l’avantage, c’est que maman n’a plus besoin de tirer son lait au travail à ce moment de l’allaitement, le corps de maman c’est adapté.

  • Oum Khadidja

    Cet article montre bien que tout est possible quand on est motivée mais aussi soutenue et encouragée. Et aussi qu’il faut aussi lâcher prise sur les situations qu’on ne peut pas contrôler..

  • Gabrielle

    Ah… Pour ma part la reprise du travail a été compliquée, ma fille n’acceptait que le sein. Pas de biberon (même avec mon lait fraîchement tiré), pas de tasse, pas de cuillère… Du coup c’est ma maman qui me l’amenait au travail deux fois par jour pour des tétées 😝 aujourd’hui, la miss a 3 ans et tète encore 😝 ce n’est pas au goût de tout le monde mais avec le soutien de Papa et le confiance en nous qui grandit, ça ne nous perturbe plus !
    Ah, et je me fais une joie d’allaiter en public, parce que justement les mamans qui veulent allaiter (et même les papas d’ailleurs) manquent d’exemple.
    Merci en tout cas pour ce témoignage 🤩

    • Anne-Christine

      Merci Gabrielle pour ce témoignage. Non, ce n’est pas toujours facile et le premier retour au travail de Sonnya nous le montre. Et merci beaucoup de montrer l’exemple ! Allaiter ne doit pas être tabou… quelque soit l’age du bambin !

  • Bénédicte

    L’allaitement, pourquoi ça ne va pas de soi pour certaines femmes? Je mets ma casquette de médecin du travail pour dire aux jeunes mamans qu’elles peuvent avoir le soutien (je l’espère) de leur médecin du travail. J’ai ainsi il y a 15 jours rédigé une fiche pour favoriser le télétravail (3 jours par semaine) pour une femme pour qu’elle puisse continuer à allaiter son bébé. Elle était toute soulagée.

    • Anne-Christine

      Merci Bénédicte pour ce retour. C’est vrai que le médecin du travail peut être un soutien précieux. J’espère que ton commentaire donnera des idées aux mamans concernées !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *