Allaitement

L’allaitement nuit-il gravement à votre sommeil ?

Le sujet du sommeil de nos enfants est toujours un sujet brûlant, parce qu’il touche à notre enfant bien-sûr mais aussi parce qu’il a un impact sur notre santé physique et nerveuse. Quand vous allaitez votre enfant, l’allaitement est souvent dans notre société un argument pour expliquer les perturbations nocturnes de votre nouveau-né.

Cet article reprend les grandes lignes du partage que j’ai eu avec Claude Didierjean-Jouveau. Dans cette nouvelle interview, Claude nous invite à changer notre regard sur le lien entre allaitement et sommeil.

Pour retrouve l‘intégralité de l’interview, c’est par là.


En complément, si le sujet de l’allaitement long vous intéresse, retrouvez une série de 3 rencontres autour de l’allaitement long avec Claude Didierjean-Jouveau.


Qui est Claude Didierjean-Jouveau ?

Claude Didierjean-Jouveau

Si vous êtes en quête de ressources sur la maternité, et le maternage en particulier, je suis sûre que vous avez déjà croisé les mots de Claude. Avec plus d’une vingtaine d’ouvrages sur cette thématique et de très nombreux articles dans des magazines, Claude nous informe, nous éclaire, nous fait réfléchir depuis longtemps.

Claude Didierjean-Jouveau a été présidente de la La Leche League France de 1989 à 1997 et elle est toujours aujourd’hui animatrice de la Leche League. Depuis 1991, elle est aussi la rédactrice en chef du magazine Allaiter aujourd’hui !

Un grand merci à elle d’avoir répondu aux questions que vous allez découvrir !

Les bébés ont-ils un rythme ?

En tant qu’adulte, notre rythme de sommeil comprend des cycles d’environ 1h30. Les bébés ont aussi des cycles, comme tout le monde, mais ils ont un cycle très différent dans sa durée puisque qu’ils ont un sommeil très léger, voire un réveil, toutes les 45 minutes. De jour comme de nuit bien sûr !

Il est donc normal que les bébés se réveillent souvent, allaités ou non. Ces réveils sont liés aux cycles et non au mode d’alimentation.

En revanche, en tant qu’adulte, nous avons appris à passer d’un cycle à un autre sans nous réveiller alors que votre bébé se réveille souvent entre deux cycles. A ce moment-là, votre bébé attend que vous soyez avec lui… Le cododo est alors idéal pour tout le monde.

C’est quoi  » faire sa nuit » ?

En nombre d’heures…

Le rythme du sommeil de votre nouveau-né est bien différent du vôtre

Nous aimerions tant que notre enfant s’endorme tôt pour pouvoir profiter un peu de cette soirée, et qu’il dorme d’un seul trait jusqu’au matin, et ne se réveille pas trop tôt si possible… mais tout ceci est assez illusoire !

En effet, pour un bébé, « faire ses nuits » correspond à dormir 5 heures d’affilées… vous comprenez maintenant pourquoi nous disons que nos enfants ne font pas leurs nuits 😉

Mais bonne nouvelle ! Nous sommes en capacité de récupérer cette quantité perdue de sommeil par la qualité de celui-ci ! Notre fatigue est parfois plus psychologique car nous avons l’impression de ne pas avoir notre « quota » d’heures.

Il existe en outre un phénomène très souvent observé avec l’allaitement qui s’appelle « synchronisation entre la dyade mère et bébé » : le bébé et la mère se réveillent souvent en même temps. Ce phénomène assez surprenant permet à la maman de « caler son rythme » sur celui de son enfant et d’en tirer tous les bénéfices.

Et si notre perception du sommeil ne correspondait pas à la réalité ?

La perception que nous avons du sommeil de nos enfants est parfois déformée.

Une étude a démontré que la durée du sommeil de bébés allaités et de bébés nourris au biberon jusqu’à 12 mois étaient identiques, ainsi que le nombre de réveils. En revanche, les réponses des parents ne correspondent pas à cette réalité ! Les mères qui donnent le biberon surestiment leur durée de sommeil et sous estiment le nombre de réveil.

Plusieurs explications possibles :

  • ces mères ne se rendent pas compte que le bébé est réveillé (un bébé réveillé ne pleure pas forcement),
  • peut être sont-elles tellement imprégnées de cette idée que le bébé doit faire ses nuits qu’elles répondent ce qu’on attend d’elles. Contrairement aux mamans allaitantes qui « s’attendent » à ce que leur bébé se réveille plus et on donc l’impression d’un « mauvais » sommeil.

Et si notre perception du sommeil était culturelle ?

Selon la culture, la perception des parents sur le sommeil des enfants est très variable. 50% des parents français affirmerait que leur enfant a des problèmes de sommeil versus 17% à Taïwan. Les attentes de la société sur les parents et leur nouveau-né peut être très différente et selon les endroits du monde, la même situation sera problématique… ou non !

Il est normal que votre bébé se réveille. Notre culture induit notre manière de voir les choses. Nous avons parfois tendance à créer des problèmes là où il n’y en a pas.

Et les méthodes d’entrainement au sommeil ?

Quand vous chercher une solution pour enfin avoir une nuit dite « complète », les méthodes « d’entrainement au sommeil » (en particulier le 5-10-15) finissent par devenir une solution. Ces systèmes fonctionnent la plupart du temps : le bébé ne pleure plus au bout de quelques jours.

Toutefois, on peut se demander quels sont les mécanismes mis en place pour arriver à ce résultat.

Une étude américaine a analysé un groupe de mères avec leur bébé qui suivaient un « entrainement au sommeil ». La mère dormait dans une pièce et le bébé dans une autre dans un laboratoire. La mère avait interdiction d’aller voir son bébé même s’il pleurait. L’étude consistait à analyser le taux de cortisol (qui est un marqueur de stress) dans la salive du bébé et dans la salive de la maman.

  • La 1ère nuit : le taux de cortisol était très élevé dans la salive de bébé et dans celle de la maman.
  • Au bout de 3 jours, les bébés ne pleuraient plus la nuit, mais leur taux de cortisol dans leur salive était toujours très élevé : les bébés étaient toujours aussi stressés. En revanche, le taux dans la salive de la mère était plus bas car elle n’entendait plus son bébé pleurer : son stress avait baissé.

Cette étude nous montre que même s’ils ne pleurent plus, les bébés sont toujours aussi stressés. Ils ne le manifestent plus car ils ont « compris » que cela ne servaient à rien de le manifester.

Le tabou du cododo

Vous pouvez retrouver toutes les études citées dans ce livre.

Il semble que nous ayons oublié que l’allaitement va souvent de paire avec le cododo. Mais le cododo est un sujet tabou dans nos sociétés, empreint de connotations intrusives pour le couple, permissives, contraignantes, voire malsaines. Pourtant, il semble y avoir un grand fossé entre ce que répondent les parents quant au cododo et la réalité

Dans les faits, plus d’un tiers des parents prendrait leur bébé dans leur lit à un moment ou à un autre de la nuit selon les jours.

Personnellement, si j’avais connu ce chiffre pour Fille Aînée, je n’aurai pas lutté et j’aurais vite abandonné le dogme « un enfant, ça dort dans sont lit « !!

Pour rappel, les conditions du Cododo sont pour les premiers mois :

  • allaitement obligatoire (par l’allaitement, la mère adopte spontanément une position de sécurité)
  • pas de parents fumeurs
  • pas de médicament qui abaisse le seuil de vigilance
  • pas d’alcool
  • des surfaces dures
  • ne pas couvrir le bébé

Que faut-il en déduire ?

L’allaitement est un support pour mieux vivre le sommeil de vos enfants

L’allaitement n’est pas une contrainte la nuit, c’est même un merveilleux support à votre sommeil. Les femmes qui allaitent et qui ont leur bébé près d’elle dorment autant voire plus que les femmes qui n’allaitent pas et ont des phases de sommeil profond plus important : elles récupèrent beaucoup mieux !

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter l’intervention de Claude Didierjean-Jouveau aux journées des consultantes en lactation suisses francophones, le 24 mai 2018.

Partager

6 commentaires

  • Nicolas

    Merci pour cet Article Anne-Christine ! Très bien documenté je trouve très pertinent le fait de faire référence à des études scientifiques… Ton article devrait être lu par toutes les jeunes mamans.

  • Cora

    Bonjour ! Personnellement, mes deux enfants ont « facilement » fait leurs nuits.
    Le premier avait sa chambre, et lorsqu’il pleurait, on n’allait pas le voir tout de suite (pression sociale, quand tu nous tiens).
    Le second a dormi à côté de moi, et ça s’est très bien passé.
    Et tous les deux ont fait de bonnes nuits à un mois !
    Par contre, pour le second qui a longtemps été allaité, aux débuts de l’allaitement, je l’allaitais dans un fauteuil. Dès la fin de l’allaitement, dodo pour bébé et dodo pour maman !

  • Marie - japprendsaetremaman.com

    Merci pour ce bel article ! J’ai pratiqué pour ma part l’allaitement long , avec cododo et en 3 ans et 5 mois d’allaitement et 3 ans et 3 mois de nuits entrecoupées par au moins un réveil nocturne, je n’ai jamais été épuisée ! J’ai presque envie de le CRIER car les rumeurs sur l’allaitement ont malheureusement la vie dure. L’allaitement permet un rendormissement rapide de la mère grâce aux hormones sécrétée par la lactation, la nature est super bien faite donc écoutons là et tout se passera au mieux 🙂

    Au fait, j’adore les livres de Claude Suzanne, elle mériterai d’être encore plus connue. D’ailleurs je l’ai insérée comme 1ère auteur dans mon article sur les auteurs parentalité « au naturel » de mon blog .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *