Grossesse,  Naissance

Tu enfanteras… dans la Joie (1/4)

Tu enfanteras dans la douleur…

Cela fait plus de 2000 ans que cette phrase marque et influence les femmes, les hommes et les accouchements ! Cela sonne comme une malédiction, qu’un Dieu en colère et vengeur aurait infligé à sa créature. Une punition de douleur et de souffrance pour faire survivre l’espèce…

Et s’il existait une autre lecture à ce texte ?

Aujourd’hui, 1er jour de l’Avent, s’ouvre une belle période pour réfléchir à cette question : et s’il était possible d’enfanter dans la Joie ? Et s’il était possible que donner la vie soit vécu dans son corps, son esprit et son âme dans la Joie ? … Ce sera donc le thème des articles du mois de décembre ? !!

Tu enfanteras dans la douleur…

Et si enfanter ne concernait pas l’accouchement lui même mais le fait de laisser vivre son enfant par lui même ? D’abord par sa première respiration aérienne : ça y est, son système corporel est autonome par rapport au vôtre. Puis, ce sera son 1er mot et son ouverture aux autres, puis son premier pas… Le premier de nombreux pas qui vont le pousser à découvrir le cercle de famille autour de sa mère, puis à élargir ce cercle et à aller de plus en plus loin.

Si vous avez déjà des enfants, vous savez combien il est délicat de les voir acquérir cette autonomie. Partagée entre la joie de leurs victoires, la peur des accidents et des détours. Cela nécessite de notre part une introspection sur notre place de parent. Quel rôle jouer quand il grandit ? Comment s’adapter ? Ne pas faire à sa place tout en lui gardant un cadre sûr.  Comment ne pas se fondre dans cette fonction de parent ?

La douleur ne serait alors pas celle physique de l’accouchement, mais celle psychique de la parentalité, de la séparation avec cet être avec qui nous ne faisions qu’un, du lâcher prise sur la vie de notre enfant. Pour la première fois, vous êtes prête à donner votre vie pour quelqu’un, mais il faut lui laisser la liberté de faire ses choix et courir ses propres risques. Cette phrase ne parlerait elle pas de ce long chemin et non du point initial de la naissance ?

Tu enfanteras dans la douleur ne serait donc pas une punition mais une préparation… Dieu avertit la femme qu’il lui sera difficile de créer, qu’il faut qu’elle se prépare, qu’elle ait confiance en elle. Une lecture bien différente, non ?

Partant de cette nouvelle interprétation, les prochains articles seront consacrés au manière de vivre un accouchement dans la Joie, c’est à dire « dans un sentiment de plaisir de bonheur intense, caractérisé par sa plénitude et sa durée limitée » (définition Larousse). Parce que oui, si notre cerveau n’est plus conditionné par tout un tas de croyances et d’interprétations, il est possible d’accoucher dans la Joie !

A suivre … ?

« Elles ne savaient pas que c’était impossible, alors elles l’ont fait. » Mark Twain

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *