Naissance

Quelles positions pour accoucher ?

A vous d'inventer votre position pour accoucher !Y a t il une bonne position pour accoucher ?

Entre celles qui veulent accoucher à 4 pattes, accroupie, en baignoire, sur le côté et celles qui ne se sont pas posées la question (on peut accoucher autrement que sur le dos les pieds dans les étriers ?)

Voici une question qui revient souvent… et à laquelle il n’y a pas de bonne réponse mais des bonnes réponses !

Il existe seulement des positions plus physiologiques que d’autres 😉

Qu’est ce que cela veut dire ? Que l’anatomie de la femme a une capacité d’adaptation phénoménale à l’accouchement, pour peu qu’on ne l’entrave pas !

Tout d’abord, ayez en tête que la pire des positions pendant un accouchement, c’est celle qui est statique ! Évitez de garder la même position du début du travail à la fin. Bébé a besoin de passer à travers des détroits différents et il a besoin de vous pour trouver les passages. Pour cela, votre bassin doit s’adapter. Alors, bougez, balancez vous. Je ne vous propose pas de danser la zumba ;), souvent des micro mouvements suffisent. Tout se joue parfois à quelques millimètres!

Les positions verticales

Les positions verticales sont des positions idéales pour faire jouer la pesanteur. Debout, suspendue (pour étirer le dos), accroupie… Le poids du bébé va peser sur le périnée et peut accélérer la dilatation et l’entrée de la tête dans le bassin. Mais si l’accouchement va trop vite, vous ressentirez peut être le besoin de rester couchée ou à 4 pattes !

Les positions de suspension et d’extension

Les positions de suspension et d’extension sont en général de bonnes positions pour calmer la douleur et se détendre. Vous pouvez utiliser une écharpe de portage et vous aider d’une porte, de certaines potences du lit de la maternité (à voir en fonction de leur solidité !), d’un arbre, d’une poutre, vous suspendre au cou de quelqu’un, vous aider d’un ballon, d’une table… tout peut être imaginé.

Les positions à 4 pattes, penchée en avant, à genoux…

Les positions à 4 pattes, penchée en avant, à genoux… (tête plus basse que le bassin) aident à la rotation du bébé et elle présente l’avantage d’une ouverture large des ischions pour l’expulsion.

Les positions couchées sur le côté

Les positions couchées sur le côté sont intéressantes en terme d’ouverture (à condition que la cuisse du dessus fasse un angle de 90°) ou pour ralentir le travail. Dans le 1er cas, pour l’expulsion du bébé, elle nécessite une présence (Sage femme, compagnon, doula…) pour soutenir la jambe du dessus et offrir un appui. C’est aussi un position très intéressante pour se reposer, tout en facilitant le travail. 

Les positions qui calment la douleur

Les positions qui calment la douleur. La douleur peut être un signal qui nous dit que la position actuelle ne correspond plus aux besoins (aux nôtres ou à ceux de bébé) et qu’il convient d’en changer . Quand vous êtes couchée et que vous avez mal à l’épaule, vous changez de côté ; vous êtes assise et vous avez mal à la jambe, vous changer vos points d’appui. Dans un accouchement, c’est pareil. Cela n’enlève pas forcement la douleur mais votre corps sait instinctivement quelle position vous permettra de rendre la douleur supportable. Ne réfléchissez pas aux positions qui vous conviendraient, laissez vous guider. Faites vous confiance.

Et la position couchée, pieds dans les étriers me direz vous ?

C’est la plus difficile pour accoucher, sûrement la plus douloureuse aussi, les terminaisons nerveuses du sacrum étant compressées par un bébé qui essaie de se frayer un chemin. Toutes les positions semi assises, dos rond, font reposer notre poids sur le coccyx et le sacrum : le bassin peut alors avoir des difficultés à s’ouvrir et bébé avoir du mal à descendre. Appuyer sur le sacrum peut rendre les choses très difficiles mais avec quelques petits trucs et astuces, il est aussi possible d’avoir un bel accouchement dans cette position !

Finalement, plus qu’une position, ce sont des positions qu’il faut prendre : ouverture du col, du bassin, du périnée, descente et passage du bébé nécessitent des positions différentes. Et les meilleures, ce sont celles que vous aurez choisies !

Vous serez d’autant plus à l’écoute de votre corps et à l’aise avec les postures que vous les aurez expérimentés pendant la grossesse. Le fait de découvrir des positions pendant la grossesse, de les mettre en pratique permet d’avoir des réflexes. Parfois, nous ne prenons pas une position parce que, tout simplement, nous ne savons pas que cela est possible !

Votre Etre saura alors reconnaître le jour J les positions dont vous avez besoin pour mettre votre enfant au monde. 

Pour découvrir 5 chemins vers une grossesse et un accouchement en confiance et en conscience, télécharger votre livret gratuit !

Partager

8 commentaires

  • virginie

    Merci pour ton article
    et oui notre corps nous dit si ce n’est pas la bonne position, le mien ne voulait pas de la position en extension (une position magique d’après la sage femme mais que je n’ai pas tenu une seule contraction…) . Pour ma deuxième fille, l’haptonomie et l’aide du papa a été vraiment capitale 🙂

  • Florence TAWIL

    Merci Anne-Christine pour cet article. A quelques jours de mon accouchement, je me posais beaucoup de questions sur la bonne position à tenir pour faciliter la sortie de ma fille. Je vois que ce n’est pas UNE, mais un ensemble de positions à faire succéder, et non pas à tenir justement. 😉 Par contre, je me demandais ce qu’il est possible de faire si on a une péridurale? Merci

    • Anne-Christine

      Bonjour Florence, en effet, avec la péridurale, les mouvements sont très très limités… mais pas inexistants ! Tu peux caler sous ton bassin une serviette éponge qui va donner quelques millimètres de mouvements à ton coccyx (ce qui simplifiera grandement la venue du bébé). Tu peux aussi t’étirer le plus possible : ton partenaire derrière le lit peut tirer une écharpe de portage que tu fais passer sous les bras : sans faire d’effort, tu seras étirée. En fait, il ne faudrait, dans la mesure du possible, pas pousser ton bébé dehors (au risque de dégâts pas très sympas) mais plutôt avoir l’idée que l’utérus « démoule » bébé… d’où l’étirement. Sans péri, l’idéal est d’attendre le « réflexe d’éjection du fœtus » : tu ne pousses pas, « ça » pousse tout seul et tu accompagnes simplement !

  • Valentine - Parents en Equilibre

    J’ai accouché pieds dans les étriers, et effectivement, je ne le conseille à personne… Tes conseils me semblent plein de bon sens et il est certain que si j’ai un autre enfant un jour, mes choix seront différents et plus proches de ce que tu préconises, c’est à dire plus en adéquation avec mes besoins 🙂

    • Anne-Christine

      Bonjour Valentine, merci pour ce retour. La position dite gynécologique a été « inventée » à la demande de Louis XIV qui voulait « tout voir » sans être vu.
      Ensuite, cette position a semblé beaucoup plus pratique au corps médical sans penser aux besoins physiologiques de la femme ;(

  • Caroline

    Merci de traiter ce sujet car on nous impose souvent la position allongée sur le dos. J’ai eu la chance d’accoucher 2 fois sur le côté parce que cela me semblait naturel et que la sage femme a accepté que j’écoute mon corps. Cela dépend beaucoup de l’équipe qui accompagne j’ai l’impression ?

    • Anne-Christine

      Bonjour caroline et merci pour ton témoignage. Oui, cela dépend en partie de l’équipe sur laquelle on tombe mais cela dépend aussi du positionnement de la femme et de son accompagnant. Plus elle aura confiance en elle, plus elle sera sereine et plus l’équipe la suivra. Un peu comme toi qui savait quelle position prendre : la sf t’a suivie 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *