Naissance

Lieu d’accouchement : 2 étapes pour bien choisir

Lieu d'accouchement : à chacune son choix

Avez vous réfléchi à l’endroit où vous allez accoucher ?

Vraiment réfléchi ?? Pas juste se dire, là, c’est la maternité la plus proche, alors c’est OK. L’accouchement, contrairement à la scolarisation, n’est pas sectorisé.

Cela veut dire que vous avez le choix du lieu pour votre accouchement. Maternité publique ou privée, Niveau 1, 2 ou 3, maison de naissance, plateau technique, à domicile… Petit tout d’horizon des différents lieux pour accoucher et des questions à vous poser pour choisir.

1# De quoi avez vous besoin ?

Avant d’aller chercher ce qui existe autour de vous, je vous invite à regarder d’abord à l’intérieur.

De quoi avez vous besoin vraiment ? quels sont vos envies ? vos peurs ? vos projets ? Il est intéressant d’en parler avec votre conjoint et c’est parfois plus simple avec l’accompagnement d’une personne extérieure pour aller plus loin dans la réflexion.

Le Dr Michel Odent le répète suffisamment, « il faut qu’une femme qui accouche se sente en sécurité ».

Oui mais, en dehors de fondamentaux, « se sentir en sécurité » peut varier d’une femme à l’autre.

Voilà la première question que vous devez vous poser : « qu’est ce qui fera que le jour J, vous vous sentiez en sécurité ? « 

Pour répondre à cette question, imaginez-vous en train d’accoucher et faite la liste de tout ce qui est important pour vous. Est ce

Lieu d'accouchement : votre confiance en vous avant tout !

Les réponses sont très variables, y compris d’un accouchement à l’autre.

2# Lieux d’accouchement : petit tour d’horizon

Ensuite, une fois que vous savez ce que vous souhaitez, regardez ce qu’il y a autour de vous et commencer à faire le lien. Entrez dans les discussions avec les professionnels de santé, posez toutes vos questions pour que vos projets collent au mieux avec leurs propositions.

Voici de manière rapide les lieux principaux qui peuvent vous être proposés.

D’abord la différence entre privé et public

Outre parfois les différences de prestations « hôtelières » et les différences de coût, qui peuvent aussi être un critère de choix, la grande différence le jour de l’accouchement est que dans les maternités publiques, les obstétriciens ne sont appelés pour la naissance qu’en cas de difficultés. Si tout va bien, c’est la sage femme qui oeuvre pour votre sécurité. Dans les institutions privées, l’obstétricien de garde est toujours présent au moment de l’expulsion.

Ensuite les différences entre maternité de niveau 1, 2 et 3

Depuis le décret Périnatalité de 1998, les maternités ont été classées en 3 niveaux.

  • Les maternités de niveau 1 prennent en charge les grossesses et accouchements simples, à terme, sans complication (voie basse ou césarienne).
  • Les maternités de niveau 2 disposent d’une unité de néonatologie (service soin intensif pour le bébé) et une équipe pédiatrique pour une prise en charge de votre bébé si nécessaire. Elles assurent les prises en charge des grossesses à risque, multiples et la prématurité entre 32 et 38 semaines.
  • Les maternités de niveau 3 disposent d’une unité de réanimation néonatale et peuvent assurer l’hospitalisation du bébé à la naissance, sans le séparer de la mère. Elles prennent en charge les prématurités importantes, avant 32 semaines, et les pathologies graves de l’enfant.

Toutes ces maternités sont reliées entre elles. Alors si votre grossesse se passe bien, pas la peine d’aller vous inscrire en maternité de niveau 3 « au cas où ».

Vous n’avez peut être pas remarqué mais cette classification est uniquement pédiatrique… Elle ne concerne que votre enfant : cela veut dire qu’une maternité de niveau 3 ne dispose pas toujours d’une réanimation pour la mère…

A savoir : quelque soit le type de maternité, il existe des disparités géographiques très fortes sur les taux de césariennes ou d’épisiotomie. Un site intéressant à consulter : LeMonde.fr, même s’il est important de valider ces données avec la structure que vous envisagez.

Les plateaux techniques

Les plateaux techniques permettent d’accoucher dans la structure d’un hôpital mais avec votre sage femme. Il s’agit alors d’un accompagnement global puisque votre sage femme est présente pendant la grossesse, l’accouchement et en post partum. C’est une bonne solution quand la confiance accordée à la personne qui sera là le jour J fait partie de premiers critères de départ.

Malheureusement, il n’existe pas des plateaux techniques dans toutes les maternités. Pour trouver une sage femme pratiquant en plateau technique, vous pouvez aller sur le site de l’Association Nationale des Sages-Femmes.

L’accouchement à domicile

Selon vos besoins, l’accouchement à domicile peut aussi être la solution. Il vous faut alors trouver une sage femme qui pratique l’AAD (voir le même site que ci dessus). Après un entretien avec elle, vous pourrez déterminer si vous souhaitez vivre cette aventure avec elle, et elle pourra vous dire si vous pouvez bénéficier de cette possibilité (grossesse à bas risque uniquement). D’ici quelques semaines, je vous en parlerai un peu plus !

Accoucher en maison de Naissance

La France expérimente depuis 2015 les accouchements dans 9 maisons de naissance (pour trouver le liste, c’est par là). Il s’agit de structures de naissance, accolées à un établissement de santé, gérées par des sages femmes. Elles permettent une prise en charge globale des femmes (grossesses à bas risque), tout en ayant la possibilité de transfert rapide si nécessaire.

La France a mis très longtemps avant de se lancer dans cette expérimentation. Pourtant, ce type de structure existe depuis longtemps dans d’autres pays, sous des formes parfois un peu différentes. Ainsi au Québec, depuis plus de 20 ans, les maisons de naissance jouent un rôle important, tout en étant souvent très éloignées d’un établissement de santé.

Lieu d'accouchement : ne vous limitez pas !

A retenir

Pendant ces 9 mois de grossesse, votre transformation intérieure peut être immense. Vos lectures, vos réflexions, vos échanges avec votre accompagnante à la naissance, avec vos professionnels de santé vous feront surement évoluer dans vos souhaits. Vous avez le droit de changer d’avis, de ne plus vouloir ce que vous pensiez être juste il y a encore 3 mois…

Je vous invite à toujours partir de ce que vous souhaitez au plus profond de vous, à vos ressentis. Votre accouchement ne se déroulera pas dans votre tête mais dans votre coeur et dans votre corps. Faites vous confiance.

Rappelez vous aussi que ces 9 mois de grossesse sont une préparation à l’accouchement et que, quelque soit le lieu, c’est votre bulle que vous allez créer qui sera importante.

N’hésitez pas à me dire en commentaire quels sont vos choix !

Partager

2 commentaires

  • Jessica

    Ton article est top!! J’aurais vraiment voulu connaître tous ces détails avant mon accouchement!!
    Je crois qu’on ne m’a pas laissé le choix… mais je ne me suis pas « imposée » non plus.
    J’espère que bcp de futures mamans vont lire ton article, une vraie merveille 💕

    • Anne-Christine

      Merci Jessica. Oui, on ne se pose souvent pas la question du lieu, partant du principe que les professionnels de santé travaillent partout de la même manière. Mais 1) on oublie de partir de ses besoins et non des pratiques existantes, et 2) les professionnels de santé ont aussi des manières de penser et de voir la vie différentes… avec des manières différentes d’accompagner la naissance !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *