Vivre sa maternité autrement

Enceinte et vulnérable ?

Grossesse, Les inspirants

Savez-vous que, enceinte, vous êtes considérée comme « vulnérable » ?

Par le Codé pénal, par votre médecin, parfois par vos proches… et cette vulnérabilité est souvent synonyme de faiblesse.

Et si c’était en fait votre plus grande force ???

Qu’appelle-t-on vulnérabilité ?

Fragilité et vulnérabilité pendant la grossesse
Fragilité et vulnérabilité

La vulnérabilité est une notion très subjective, laissée à l’appréciation de chacun, et des juges en ce qui concerne la loi. En effet, le Code Pénal donne une liste limitative de 6 états de faiblesses physiques ou mentales permettant de caractériser la vulnérabilité, dont la grossesse (les autres états étant l’âge, la maladie, l’infirmité et la déficience physique ou psychique).

Vulnérable vient du latin Vulnerare, blesser et vulnerabilis, qui peut être blessé.

Depuis les années 90, cette notion évolue et le dictionnaire Larousse nous propose la définition suivante : « qui s’expose à recevoir blessures, coups ; qui est exposé aux atteintes d’une maladie.. », ce qui correspondrait à une situation de faiblesse avec risque pour son intégrité.

On serait donc dans une notion de « prendre soin de l’autre » parce que la personne n’en est plus ou pas capable.

Etre vulnérable dans notre société, c’est donc être faible, voire manquer de discernement.

La grossesse est-elle un état de vulnérabilité ?

Il est vrai que la grossesse entraîne beaucoup de changements : de votre perception corporelle, de routines de vie, de perception du temps, de soi-même, du monde. D’à peu près tout vos repères habituels en fait !

Vous pouvez alors être déstabilisée, avoir des doutes et des incertitudes.

Il existe de nombreux chemins pour traverser ces zones d’inconfort mais aux extrêmes, vous pouvez soit maintenir la façade, soit montrer votre vulnérabilité.

Maintenir la façade

Bien sûr, vous êtes toujours cette femme forte, qui gère, contrôle, anticipe, maitrise tout ce qu’elle entreprend. Cette femme qu’on vous a appris à être depuis toute petite.

Mais là, vous vivez un moment exceptionnel de votre vie. Un moment intense qui ne se maitrise pas et qui vient justement vous rappeler votre juste place dans l’univers. « Non, je ne suis pas toute puissante et je ne suis pas responsable de tout ce qui arrive. »

Garder son masque pour ne pas montrer sa vulnérabilité enceinte
Garder son masque pour ne pas montrer sa vulnérabilité

Garder ce masque de « maîtrise » peut être une solution et vous pouvez vous sentir très heureuse comme cela. Mais il risque de :

  • vous empêcher de vivre pleinement ce que vous avez à vivre, dans l’intensité des doutes, de la peur mais aussi l’intensité de la joie et de l’amour !
  • de se fissurer et de vous laisser entrapercevoir qu’il existe d’autres manières de vivre cette vulnérabilité.
  • de tomber violemment, sans que vous ne vous y attendiez. Un peu comme un barrage qui s’écroule et laisse passer un torrent d’eau qui emporte tout sous son passage.
  • vous priver de soutien. En faisant croire aux autres que tout est ok, pas d’aide extérieure.

Vous savez au plus profond de vous que ces manières de Faire et d’Etre ne sont que des façades. Mais vous avez peut être peur de révéler cette autre face de vous-même. Peur de décevoir, les autres et vous même. Peur de la honte que cela pourrait générer. « Une grossesse n’est-elle pas forcement heureuse ? Pourquoi suis-je traversée de toutes ces émotions? »

Montrer votre vulnérabilité

Montrer sa vulnérabilité n’est pas se mettre en position de faiblesse ou de victime. « J’ai besoin de cette place assisse dans le métro non pas parce que je suis fragile et vulnérable mais parce que je prends soin de moi et de mon bébé ! »

Montrer votre vulnérabilité,

  • c’est accepter que vous ne maitrisiez pas tout,
  • c’est retrouver un espace de créativité, de l’amour, de la joie, votre part d’humanité en lien avec les autres et vous même,
  • c’est accepter de vivre des moments intenses et de les vivre pleinement,
  • c’est découvrir en vous des ressources inexploitées qui vous seront en particulier précieuses pendant l’accouchement, puis dans votre parentalité,
  • c’est prendre conscience de votre adaptabilité,
  • c’est avoir juste envie d’être vous, d’écouter vos besoins et vos ressentis.
Mettre en lumière sa vulnérabilité
Mettre en lumière sa vulnérabilité

Accepter d’être vulnérable c’est vous montrer nue, dans toute votre splendeur de femme, avec vos doutes et vos craintes. Avec votre amour et votre humanité.

Et vous ? Pensez-vous que votre grossesse soit une période de vulnérabilité ?

Vous aimerez aussi…

Heureuse d’accoucher !
Heureuse d’accoucher !

Le processus de mise au monde d'un projet ressemble étrangement à celui de l'enfantement. Conception, grossesse, accouchement. Chaque étape est assez similaire. Aujourd'hui, j'ai (ac)couché sur papier de mots réconfortants, soutenants, inspirants. Des mots pour vous...

3 commentaires

3 Commentaires

  1. Vie Quatresixquatre

    Etrangement, pour moi, c’était plutôt une période durant laquelle je me sentais plus forte que jamais. La vulnérabilité est venue après l’accouchement, avec la fatigue.

    Réponse
    • Anne-Christine

      Merci pour ce témoignage. L’impression de vulnérabilité peut aussi venir du regard que les autres portent sur la grossesse… ou pas !

      Réponse
  2. Shirley

    Vos propos sont très justes. Accepter sa vulnérabilité, n’est pas signe de faiblesse, mais signe d’honnêteté avec soi-même. Alors acceptons qui nous sommes dans cette période particulière qu’est la grossesse. Merci pour ce partage.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This