Grossesse

A vous de vibrez maintenant !

Samedi soir, j’ai assisté à un récital de musique classique. J’observais tous ces artistes d’un soir, passionnés par leur musique, concentrés sur leur instrument, leur partition, leur mélodie.  Ils étaient beaux, habités par le son. Mais étaient ils vraiment concentrés ?? … Peut être pas. Peut être cette musique les a-t-elle fait entrer dans un autre état de conscience,comme elle l’a fait avec moi, simple écoutante.

Oui, la musique peut transporter, elle peut élever l’esprit et l’âme, pour peu qu’on la laisse pénétrer chaque cellule de notre corps. Et là, alors que mon esprit dansait sur cette symphonie, mon corps a retrouvé des sensations connues, très particulières… et j’ai pensé à l’importance des vibrations pendant la grossesse, l’accouchement et après. L’émission et la réception de vibrations sonores adaptées permet d’installer un état de bien être, une fois qu’on y a goûté, on ne s’en lasse pas !

Pendant la grossesse, la musique permet de faire remonter des bulles d’émotions, parfois très fortes. Elle permet de libérer des tensions souvent insoupçonnées. Son écoute accroît l’état de bien être. C’est un état que l’on pourra retrouver de plus en plus facilement et qui sera bien utile pour se relâcher entre les contractions ?

Pour bébé, dès la 7ème semaine de grossesse, avant même la formation du système auditif, il est en mesure de percevoir les vibrations des différents sons, notamment grâce aux os de son crâne et au bassin maternel qui agissent comme des résonateurs.

Pendant l’accouchement se joue un véritable opéra, la femme en soliste, son corps pour seul instrument et son bébé comme chef d’orchestre. C’est alors une symphonie d’hormones (avec dans le top 3 : l’ocytocine, l’adrénaline et la prolactine !), en combinaison avec les neurotransmetteurs et les anti-corps. Selon M. Odent, c’est cette symphonie qui détermine une grande partie du destin de l’individu qui est en train de naître, mais aussi celle de la civilisation où il s’apprête à passer son existence…

Plus particulièrement pendant l’accouchement, les vibrations favorisent l’ouverture et tiennent à distance les douleurs physiques et psychiques.  Les fréquences graves décontractent, les aiguës donnent de l’énergie : alors, vibrez à chaque contraction ! En plus, cela oxygène vos muscles et leur donne une chance de s’étirer sans se déchirer !

En post natal, bébé reconnaîtra les sons entendus dans le ventre de sa mère, bien sûr les voix, mais aussi les mélodies. Ce peut être une belle manière d’apaiser ses craintes, de prendre soin de lui et du lien d’attachement qui se construit.

Tout cela, je l’ai expérimenté au plus profond de mes cellules pendant mes grossesses et mes accouchements. Aujourd’hui, j’accompagne les femmes et les couples pour qu’ils découvrent combien les vibrations ont un impact sur le bébé, sur eux et sur leur relation. Impact physiologique, psychique, émotionnel…Savez vous ainsi que certains services de néo-natalité « prescrivent » Mozart aux nourrissons prématurés ? Ses compositions protégeraient les neurones du stress et favoriseraient la croissance. A tester : sa  sonate pour 2 pianos Koechel 448 pour diminuer la douleur ou le concerto italien de JS Bach…

Belle écoute à vous !

Partager
Avez vous lu cet article  Ré enchanter la maternité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *